Répressions et législations

La Capoeira comme elle était pratiquée au XIXe siècle a connue une répression importante, jusqu'à ce que différentes lois soient promulguées dans le but d'éradiquer cette pratique.

Voici quelques extraits d'articles de lois qui ont marginalisé fortement la pratique de la Capoeira au 19è siècle, la menant presque a sa disparition :

 

                                   . Proposition de loi de 1887

 

Le premier projet de loi spécifiquement dirigé contre la Capoeira fut le numéro 49 de la législature de 1886, présenté de nouveau, avec des modifications mineures, en 1887 par le Conseiller MacDowell, et, approuvé par la Chambre des Députés, envoyé au Sénat, où il s'enlisa.

A Assembleia Geral Legislativa resolve:                               L'Assemblée Générale Législative détermine:

Art. 1o. -- Usar de agilidade e destreza corporal,                   Art. 1o. -- Faire usage d'agilité et dextérité corporelle,

conhecida por exercício de capoeira,                                      connue comme exercice de capoeira,

para o fim de fazer o provocar desordens,                              aux fins de faire ou provoquer des désordres,

de ofender pessoa certa ou incerta:                                         d'offenser une personne déterminée ou indéterminée :

Penas de UM a TRES meses de prisão com trabalho.            Peines de UN à TROIS mois de prison avec travail                                                                                                        forcé.

Se para isso os delinquentes se tiverem reunido em maltas:   Si pour ce faire les délinquants se sont réunis en                                                                                                          bandes:

Pena de DOIS a QUATRO meses de prisão com trabalho.     Peines de DEUX à QUATRE mois de prison avec                                                                                                        travail forcé.

Se tivessem armados de quaisquer instrumentos                    S'ils sont armés de tout instruments ou armes               ou armas ofensivas, ainda que não defesa:                              offensives,et non défensives :

Pena de TRES a NOVE meses de prisão com trabalho.         Peines de TROIS à NEUF mois de prison avec travail                                                                                                  forcé.

Loi de 1890 : extrait du code pénal de l'état du Brésil

 

Código Penal da República dos Estados Unidos do Brasil(Decreto número 847, de 11 de outubro de 1890)

 

Capítulo XIII -- Dos vadios e capoeiras

 

Art. 402. Fazer nas ruas e praças públicas exercício de agilidade e destreza corporal conhecida pela denominação Capoeiragem: andar em carreiras, com armas ou instrumentos capazes de produzir lesão corporal, provocando tumulto ou desordens, ameaçando pessoa certa ou incerta, ou incutindo temor de algum mal;Pena -- de prisão celular por dois a seis meses.

A penalidade é a do art. 96.

Parágrafo único. É considerada circunstância agravante pertencer o capoeira a alguma banda ou malta. Aos chefes ou cabeças, se imporá a pena em dobro.

 

Art. 403. No caso de reincidência será aplicada ao capoeira, no grau máximo, a pena do art. 400.

Parágrafo único. Se for estrangeiro, será deportado depois de cumprida a pena.

 

Art. 404. Se nesses exercícios de capoeiragem perpetrar homicídio, praticar alguma lesão corporal, ultrajar o pudor público e particular, perturbar a ordem, a tranquilidade ou segurança pública ou for encontrado com armas, incorrerá cumulativamente nas penas cominadas para tais crimes.

 

Code Pénal de la République des États Unis do Brésil(Décret numéro 847, du 11 octobre 1890)

 

Chapitre XIII -- Des personnes en errance et des capoeiristes

 

Art. 402. Faire dans les rues et places publiques l'exercice d'agilité et dextérité corporelle connu sous la dénomination de Capoeiragem : marcher en courses rapides, avec des armes ou instruments capables de produire des lésions corporelles, en provoquant des tumultes ou désordres, en menaçant des personnes déterminées ou indéterminées, ou provoquant la crainte de quelque mal;Peine -- de prison cellulaire de deux à six mois.

La peine est celle de l'article 96.

Paragraphe unique. L'appartenance du Capoeira à une bande ou malta est une circonstance aggravante.

La peine est doublée pour les chefs.

 

Art. 403. En cas de récidive, la peine maximale de l'article 400 sera appliquée.

Paragraphe unique. Les étrangers seront expulsés après avoir accompli leur peine.

 

Art. 404. Quiconque, dans ces exercices de capoeiragem, perpétue un homicide, pratique une quelconque lésion corporelle, outrage la pudeur publique et privé, perturbe l'ordre, la tranquillité ou la sécurité publique ou porte des armes, encourt cumulativement les peines prévues pour ces crimes.